Tél : +229.21042268
contact@ecobenin.org
Contexte du projet
Créé le mercredi 9 janvier 2008, Afficher la version Imprimable

Contexte du projet

La zone du projet s’étend sur les communes de Comé, de Bopa et de Kpomassè dont les populations partagent les ressources du Lac Ahémé. Elle concerne directement environ une dizaine de localités autour du Lac Ahémé à savoir : Possotomé, Sèhougbato, Tohonou, Dékanmè, Kpago, Tokpa-Domè Guézin, Kpétou, Oudèmè et Sèhomi.

La superficie du Lac Ahémé varie d’environ 85 km² à l’étiage à 126 km² à la crue. Les marécages de tête de lac (basse vallée du Couffo) s’étendent sur près de 40 km². L’ensemble lac-marécages de tête de lac a une longueur totale de 35 km et une largeur moyenne de 3,6 km (maximum : 5,5 km). La limite Sud du Lac Ahémé se fond dans la zone inondable de la région côtière par le biais du chenal Aho. Ce chenal déversant dans la partie occidentale de la lagune côtière et de ce fait le complexe est en communication avec la mer. La végétation des marécages est essentiellement herbacée, mais quelques mangroves peuvent être observées. La faune aviaire est très riche dans la zone en raison de l’existence de nombreuses zones humides où l’on rencontre notamment les canards d’eau, les poules d’eau, les hérons, etc.

Au niveau de la faune reptilienne, trois catégories ont été identifiées : les crocodiles et les varans, les tortues et les serpents. Plus d’une quarantaine d’espèces constituent la faune halieutique. Elle est toutefois dominée par les Tilapia (Tilapia sp.) et les clarias (Clarias gariepinus). Parmi les primates, les vervets représentent l’essentiel de cette race. Ils occupent les forêts reliques et forêts sacrées à l’Ouest du lac Ahémé et sont dispersés à travers les villages.

La région du Lac Ahémé regorge ainsi d’un potentiel écotouristique hautement exploitable dans le but de la sauvegarde des espèces de faune et de flore ayant échappé à la pression anthropique ou en voie de disparition dans la région. Elle constitue une zone d’alimentation et de repos pour une panoplie d’oiseaux d’eau migrateurs dont la plupart ont un grand intérêt écotouristique. C’est la zone qui accueille le plus grand nombre de touristes au Sud-Bénin. Dans les plans de développement des communes concernées (Comé, Bopa et Kpomassè), le tourisme est reconnu comme un grand levier économique. Ceci se comprend aisément à cause de la baisse chronique de la productivité halieutique du lac consécutive à son ensablement contraignant au chômage une frange importante de la population. En attendant le dragage éventuel du lac, il urge de promouvoir des activités d’insertion des pêcheurs. C’est pourquoi le développement du tourisme est la bienvenue mais les populations locales sont actuellement peu associées à cette activité et ceci leur profite encore moins. Il était donc devenu indispensable de rechercher la forme de cette activité pouvant rémunérer les populations locales avec pour souci premier la réduction de la pauvreté.

C’est ainsi que Eco-Benin a initié en collaboration avec Planète Urgence depuis octobre 2005 un projet de mise en place de circuits écotouristiques avec un important volet de formation d’écoguides dans l’arrondissement de Possotomé choisi comme site pilote. Il s’agit d’un projet de promotion du principe de responsabilité et de maîtrise des projets au niveau villageois. Les résultats de ces activités se traduisent aujourd’hui par l’existence et l’utilisation effective de cinq circuits écotouristiques autour du Lac Ahémé. Les acquis actuels sur le terrain exigent des aménagements plus ou moins importants sur certains circuits et le relèvement des capacités organisationnelles et matérielles des guides locaux dont les services et prestations tendent vers un label de qualité.


Finalité générale et objectifs spécifiques du projet

Finalité générale

Développer et promouvoir l’écotourisme comme alternative de valorisation et de gestion durable des ressources naturelles de la région du Lac Ahémé

Objectifs spécifiques du projet

Les objectifs spécifiques peuvent être lus à deux niveaux :

Au niveau quantitatif, ils visent à :

1. Poursuivre le développement des circuits écotouristiques et mettre en œuvre des aménagements valorisant les ressources naturelles et culturelles du Lac Ahémé ;
2. Intensifier la promotion des circuits écotouristiques ;
3. Mettre en place un programme permanent de communication et d’actions de soutien à l’écotourisme.

Au niveau qualitatif, les objectifs spécifiques visent à :

4. réduire le chômage ;
5. développer d’autres sources de revenus autres que la pêche ;
6. améliorer le niveau de vie socioéconomique de la population.