Tél : +229.21042268
contact@ecobenin.org
Plan de Développement
Créé le jeudi 10 janvier 2008, Afficher la version Imprimable

1.1 Situation

D’une superficie totale de 163 km2 ( soit 0,14 % de l’ensemble du territoire béninois ), la commune de Comé est située dans département du Mono, entre 6°20’ et 6°30’ de latitude Nord et 1°49’ et 1°59’ de longitude Est. Elle est limitée au Nord par la commune de Houéyogbé, à l’Est par la commune de Kpomassè, au Sud et à l’Ouest par la commune de Grand-Popo.

D’après les résultats provisoires du RGPH (1) de 2002, la population totale de la commune de Comè de 58 396 habitants répartie dans les cinq arrondissements.


1.2 Découpage administratif de la commune

La commune de Comé est formée de cinq arrondissements dont trois ( Oumako, Comé et Agatogbo ) alignés et juxtaposés à la base et deux ( Akodéha et Ouèdèmè )en étage à la corne supérieure. Ces derniers sont au total composés de 27 villages et 10 quartiers de ville répartis de la manière suivante :

- Arrondissement de Comè : Hongodé, Kandé, Djakoté, Nongo, Gadomé I, Gadomé II, Soukpotomé, Agoutomé, Azannou, Honvè-Comé ;
- Arrondissement de Akodéha : Kpodji, Aclomey, Dégoué, Bowé Gbédji, Ossouhou, Medémahoué, Tokan I, Tokan II, Mongnouhoui ;
- Arrondissement de Ouèdèmè-Pédah : Pédacomé, Honnougbo, Kpodji, Kpétékan, Totchon-Agni, Zouta ;
- Arrondissement de Agatogbo : Kpétou, Gonguékpé, Gonguégbo, Dohi, Dégbocodji, Ahouandjigo, ZinkpanouDonhouinou, Gbadou ;
- Arrondissement de Oumako : Adjakoté, Sivamé, Fata, Gakéhouncondji.

1.2- LES CARACTERISTIQUES PHYSIQUES DE LA COMMUNE

1.2.1- Les données physiques

1.2.1.1- La géologie et la pédologie

La commune de Comé présente une variété de sols. En effet, l’assise géologique est constituée d’argiles alluvionnaires (sol gris argileux), de sable gris récent de cordon littoral, des alluvions contemporaines (matériaux transportés par l’eau de ruissellement du plateau au bord du lac Ahémé). Ainsi, les formations alluviales, les sols hydromorphes soumis aux mouvements de l’eau et les sols salins sont les principales formations pédologiques remarquables.
Il existe aussi la terre de barre qui domine sur les plateaux dans les arrondissements de Comé et de Oumako .

1.2.1.2- Le climat et l’hydrologie

La commune de Comé vit un climat du type subéquatorial. Elle est couverte par la station météorologique de Grand-Popo. Sur la base de la répartition des précipitations obtenues à cette station, on y distingue deux saisons pluvieuses intercalées par deux saisons sèches. La première saison de pluie s’étend de mars à juin avec son maximum en juin, et la seconde, de septembre à novembre avec son maximum en octobre. La première saison sèche s’étend de juillet à août et la seconde de décembre à mars.

Les moyennes annuelles des totaux pluviométriques sont généralement très modérées (autour de 900 mm).
Les températures varient en générale entre les moyennes de 25° en saison pluvieuse et 31° en saison sèche dans l’ensemble.
L’humidité relative de l’air reste généralement élevée au cours de l’année, elle ne s’abaisse de façon sensible que de décembre à février. A cette période où souffle l’harmattan (vent continental sec), le taux d’humidité relative de l’air joue un rôle important dans la dynamique hydrologique et l’évolution spatio-temporelle des plans d’eau, en accroissant l’évaporation.

La typologie des zones humides de la commune de Comé
Au plan de la typologie, on rencontre à Comé pratiquement toutes les variétés de zones humides, des zones humides immergées aux zones humides engorgées. L’eau et sa temporalité constituent les éléments caractéristiques des zones humides. En se basant sur le fonctionnement hydrologique de ces écosystèmes, on peut distinguer trois types de zones humides dans cette commune. Ainsi, le lac Ahémé occupe 50% environ de l’ensemble des zones humides, les marais et marécages 35% environ et les zones saisonnièrement inondables 15% environ ; ces zones dans leur ensemble occupent globalement 40 à 50% de la superficie totale de la commune.

1.2.1.3- Les formations végétales

Elles sont composées des formations marécageuses, des cocoteraies, des palmeraies, des mangroves réparties comme suit : dans les villages de Gadomé I et II, le palmier à huile (Elaesis guineensis) et l’Imperata cylindricia constituent l’essentiel de la végétation. Les abords du lac Ahémé surtout à Guézin sont plantés des palétuviers rouges (Rhizophora racemona) ; Gonguékpé et Gonguégbo sont le biotope de l’Andropogon gayanus et de l’Imperata cylindica. Sur les sols hydromorphes de Ouèdèmè-Pédah et de Oumako poussent Paspalum vaginatum, Cyperus articulatus et Typha australis.
Akodéha quant à lui est le domaine du cocotier, Coco nucifera.


 
Articles de même rubrique
  1. Kpétou
  2. Ouèdèmè
  3. Guézin
  4. Plan de Développement