Tél : +229.21042268
contact@ecobenin.org
Présentation
Créé le mercredi 9 janvier 2008, Afficher la version Imprimable

La zone du projet s’étend sur les communes de Comé, de Bopa et de Kpomassè. Elle concerne directement environ une dizaine de localités autour du Lac Ahémé à savoir : Guézin, Kpétou, Oudèmè, Adjatokpa, Possotomé, Bopa, Tohonou, Dékanmè, Kpago, Tokpa-Domè. Les critères de choix des localités sont :

- existence d’attractions écotouristiques naturelles ou aménagées dans la localité et/ou ses environs,
- affluence actuelle et prévisible de touristes à court et à moyen terme,
- existence de jeunes volontaires locaux motivés pour la valorisation des ressources naturelles,
- acceptation par les groupes cibles de participer à la production de plants et participer activement à la mobilisation des planteurs pour la mise en terre et l’entretien des plants,
- acceptation par les groupes cibles de contribuer ne serait-ce qu’en nature aux activités du projet,
- motivation et adhésion des autorités locales aux activités du projet.

La superficie du Lac Ahémé varie d’environ 85 km² à l’étiage à 126 km² à la crue. Les marécages de tête de lac (basse vallée du Couffo) s’étendent sur près de 40 km². L’ensemble lac-marécages de tête de lac a une longueur totale de 35 km et une largeur moyenne de 3,6 km (maximum : 5,5 km). La limite Sud du Lac Ahémé se fond dans la zone inondable de la région côtière par le biais du chenal Aho. Ce chenal déversant dans la partie occidentale de la lagune côtière et de ce fait le complexe est en communication avec la mer.

La population est essentiellement rurale et composée en majorité de pêcheurs et de mareyeuses. On rencontre autour du lac une multitude d’ethnies dont les Pédah, les Aïzo, les Sahouè, les Kotafon, les Watchi, les Xwla, les Mina et les Fon.

La zone présente un relief relativement bas dominé par une zone de plaines argilo-sableuses et des zones de pénéplaines inondables. La température moyenne oscille autour de 27,3°C avec un minimum de 22°C en mars. L’humidité relative moyenne journalière est plus faible à 13 h et oscille autour de 60%. La pluviométrie varie entre 900 et 1100 mm par an.

La végétation des marécages est essentiellement herbacée, mais quelques mangroves (Rhizophora racemosa et Avicenia germinans) peuvent être observées. La faune aviaire est très riche dans la zone en raison de l’existence de nombreuses zones humides où l’on rencontre notamment les canards d’eau, les poules d’eau, les hérons, etc.
Au niveau de la faune reptilienne, trois catégories ont été identifiées : les crocodiles et les varans, les tortues et les serpents. La faune halieutique du Lac Ahémé est assez variée avec 71 espèces recensées, soit 67 % de la faune ichtyologique des zones humides du Sud-Bénin. Les espèces de poissons les plus abondantes dans les captures sont : Sarotherodon melanotheron - Tilapia guineensis - Hemichromis fasciatus - Ethmalosa fimbriata - Chrysichthys nigrodigitatus - Elops sp - Acentrogobius schlegelii - Clarias sp - Synodontis sp, plus une espèce de crevette, Penaeus duorarum et une espèce de crabe, callinectes amnicola.

Parmi les primates, les vervets représentent l’essentiel de cette race. Ils occupent les forêts reliques et forêts sacrées à l’Ouest du lac Ahémé et sont dispersés à travers les villages.